Contre Macron et sa réforme des retraites : grève générale !

Vendredi dernier, Édouard Philippe, après la mobilisation historique du 5 décembre, s’est senti obligé de faire des annonces. Il a notamment déclaré : « Je suis déterminé à mener la réforme à son terme et très soucieux de le faire en respectant les gens et en répondant à leurs inquiétudes ». Il confirme donc qu’il mettra en place les principales dispositions du plan Delevoye : nouveau système de retraites par points, fin des « régimes spéciaux », c’est-à-dire des quelques acquis que les cheminots et agents de la RATP avaient gagné compte-tenu de la pénibilité de leur travail, allongement de la durée de cotisation avec la mise en place d’un âge pivot à 64 ans et d’une décote pour celles et ceux désirant partir à 62 ans. Le gouvernement confirme donc bien qu’il appliquera coûte que coûte sa réforme inacceptable, qui aboutira à une baisse généralisée des pensions pour tous les travailleurs et travailleuses du public comme du privé, et au recul de l’âge de départ à la retraite !

Édouard Philippe croit pouvoir acheter les secteurs les plus mobilisés

Dans le même temps, Édouard Philippe a annoncé que ce lundi doit avoir lieu une nouvelle rencontre avec l’ensemble des organisations syndicales et patronales pour « clôturer le cycle de négociations sociales et de débat ». Avant la grève du 5 décembre, le gouvernement avait déjà évoqué la possibilité, au moins pour la RATP et de la SNCF, de faire jouer la « clause du grand-père », c’est-à-dire que, pour désamorcer la grève, la nouvelle réforme ne s’appliquerait qu’aux jeunes ! Une manière de diviser travailleurs et travailleuses entre anciens et jeunes, bien caractéristique des méthodes du patronat et de ses laquais.

Concernant l’Éducation nationale, secteur le plus mobilisé après la RATP et la SNCF, Philippe et Blanquer ont également évoqué d’éventuelles revalorisations salariales censées compenser la catastrophique baisse des pensions des enseignants. Mais Macron lui-même, en octobre, avait écarté l’idée d’une revalorisation immédiate des enseignants ; et il avait conditionné toute revalorisation à une remise en cause du temps de travail et des congés dont bénéficient les personnels de l'Éducation.

Par ces miettes, le gouvernement croit qu’il peut désamorcer la grève dans les trois secteurs les plus mobilisés. Mais dans tous les cas, il reste bien déterminé à mettre en place la retraite par points, une attaque majeure contre les droits de l’ensemble des travailleurs et des travailleuses.

Grève jusqu’au retrait total de la réforme !

En multipliant les négociations, en annonçant des ouvertures sur l’application de la réforme dans les secteurs les plus mobilisés, le gouvernement espère pouvoir acheter les directions syndicales pour qu’elles fassent cesser la grève. Mais pour l’instant, la grève se poursuit et est reconduite : à la SNCF, à la RATP, et dans l’Éducation nationale. Ce lundi, le trafic à la SNCF et à la RATP est de nouveau proche de la paralysie. Malgré leurs tentatives de contournement de la grève, notamment en envoyant des cadres conduire, les directions de la SNCF et de la RATP n’arrivent pas à faire rouler les trains.

Cependant, dans ces deux secteurs, si la grève est très puissante, les assemblées générales restent faibles. Dans l’Éducation nationale, de nombreuses AG se sont réunies, ont reconduit la grève vendredi ; mais ce lundi, les taux de grève sont moins importants, notamment après l’annonce d’une nouvelle journée d’action mardi. Tout cela rend possible la reprise en main du mouvement par les directions syndicales qui ne cherchent qu’une chose : à négocier avec le gouvernement.

La réforme Delevoye, comme toute la politique du gouvernement, est inacceptable : il faut en obtenir le retrait. Pour cela, face à un gouvernement de combat au service du patronat, la seule solution est la grève générale reconductible. Pour pouvoir tenir cette grève reconductible, il est nécessaire de développer, massifier, multiplier les AG, seul moyen de prendre réellement en main notre grève.

About aetr.publications